Terminologie et usages


      Lors de mes recherches la première question à laquelle je me suis confrontée a été celle de définir les hologrammes. Culturellement parlant nous englobons sous la dénomination, des technologies visuelles de diverses natures. Pour les amateurs, le fonctionnement de ces dispositifs résulte difficile à comprendre, la différence entre eux n’est pas toujours évidente. L’effet de tridimensionnalité est largement –et erronément– compris comme étant une des caractéristiques essentielles des hologrammes. Si cette croyance est fausse –ils existent tant des hologrammes 2D comme 3D−, quelques technologies optiques, par leur capacité de créer des effets tridimensionnels, ont souvent été mal identifiées comme appartenant à la famille holographique.

Holographie, hologramme : une définition

 

      Le terme « holographie » a été donné originalement par Denis Gabor, physicien et prix Nobel, père de l’holographie (1947). Son étymologie renvoie au mots grecs holos et graphein qui signifient « entier, complet » et « écrire, graver », respectivement.

Quant aux définitions, elles varient d’une publication à autre mais la tendance générale place l’holographie dans le domaine de la photographie. The Optical Encyclopedia la définit comme une technique photographique, même si « elle diffère de la photographie conventionnelle dans laquelle uniquement est enregistrée l’amplitude [d’onde] ou l’équivalent, l’irradiation du champ. »[1] L’ouvrage L’holographie : guide théorique et pratique de Outwater et Van Hermsfeld la présente comme étant une « technique d’enregistrement sur émulsion photosensible d’une image ou d’un objet, renfermant de l’information sur l’amplitude, la longueur d’onde et la phase de la lumière réfléchie par cet objet, d’où la [possible] création d’une image tridimensionnelle»[2].

Usages du terme, évolutions culturelles

 

      Si la définition cerne la question relativement bien, l’histoire culturelle nous montre que les usages du mot franchissent frontières (l’ouvrage de Sean Johnson, Holograms : A Cultural History, este tres éclairante sur la question). D’après Gary Zellerbach, la bataille a été perdue : nous utilisons souvent le terme pour désigner une vaste gamme de technologies qui n’ont rien d’holographiques. Ce phénomène a été récurent depuis l’avènement du médium. Les époques ont exploitées le terme selon leur contexte en lui chargeant des interprétations populaires liées à la magie ou à la science, selon les cas. Les qualités techniques des hologrammes –comme la capacité de l’image d’apparaître pour ensuite disparaître–nous suggèrent actuellement les possibles interprétations auxquelles ils ont été soumis.

Si nous pensons aux hologrammes, quelles sont les références qui apparaissent dans notre pensée ? Plusieurs. Star Wars et la projection de la princesse Leïa qui émanait de l’objectif de R2D2, les images fantasmagoriques des parcs d’attractions, le concert de Tupac en 2012 au Festival de musique de Coachella, l’apparition de Mélenchon lors de la course présidentielle en 2017, les stickers en arc-en-ciel des années 80. La liste pourrait continuer… En effet, le terme a été utilisé pour se référer à des objets bien distincts.

La projection de la princesse Leïa, si interprétée comme étant une technique holographique, elle est uniquement une technique tridimensionnelle. Elle s’apparente à une technologie volumétrique réalisée par la projection simultanée d’une imagen par deux projecteurs ou plus,  sur un médium réfléchissant (comme une colonne de vapeur).

Les fantasmes en lévitation des parcs d’attractions, le concert de Tupac et l’apparition de Mélenchon relèvent d’un effet théâtral datant de l’époque victorienne populairement appelé Pepper’s Ghost (le fantôme de Pepper) qui permettait de montrer en action un acteur non présente sur scène. Illuminé par une lampe brillante, son reflet était visible pour l’audience grâce à une panne de verre située sur la scène. Cette astuce visuelle conçue par Henry Dircks en 1858 et exploitée pour la première fois au théâtre par John Pepper –d’où son nom- est actuellement implémentée pour des concerts, présentations et attractions. De plus, elle est actuellement épaulée par des nouvelles techniques de vidéo. Ainsi, Mélenchon s’est fait enregistrer en vidéo lors de son meeting à Lyon, et c’est cette vidéo qui était projetée sur un écran placé au sol. L’image se reflétait non plus sur une plaque de verre mais sur un film tendu au-dessus de l’écran avec une inclinaison de 45°.

Imaginaire culturel

 

      Si l’usage quotidien du terme pour désigner ces types d’expériences témoigne d’une évolution de la définition, elle est également responsable des associations mentales auxquelles s’est prêté le médium holographique. Ainsi, aux années 70s le grand public ignorant les principes scientifiques qui le régissent, a vite fait le rapprochement entre les qualités éphémères et transitoires de la magie et celles des hologrammes. Cette analogie était confortée par l’utilisation des techniques comme le fantôme de Pepper, utilisée pour la représentation d’êtres surnaturels dans les parcs d’attractions des Etats-Unis dès 1969. L’effet illusoire de cette attraction permettait au spectateur d’établir deux types de relations : d’abord de rapprocher les domaines de la magie du fantôme avec la science, et de créer un lien de parenté entre la technologie du simulacre et l’hologramme. De même, son effet tridimensionnel bousculait la rationalité des spectateurs qui « demandaient de toucher la plaque photographique pour s’assurer qu’elle était effectivement plate. »[3]

L’appréhension du médium était aussi baignée de la foi portée à la science moderne et au futur. Intégrés dans l’évolution de la photographie, les hologrammes s’inscrivaient dans le progrès de la science d’un point de vue positiviste. Les expositions ont participé à la diffusion de la production auprès de la culture populaire en l’inscrivant dans le domaine scientifique à partir de présentations qui mélangeaient spectaculaire et nouveauté. Parallèlement, la croyance absolue dans la science et ses prédictions sur l’avenir technologique de l’humanité a été un des éléments qui ont donné lieu au développement de la culture de la science-fiction qui a si bien accueillie l’hologramme dans son imaginaire. Ce monde invraisemblable situé dans le futur, allait effectivement inclure des formes holographiques dans sa littérature, cinéma, télévision et jeux-vidéos, médias qui ont nourri la richesse de la définition.

Une redéfinition ?

 

      Magie et science, Johnson affirme que la « tension entre la compréhension rationnelle et les propriétés magiques a été un attribut persistent des hologrammes. » [4] Nous pouvons dire que l’appropriation des hologrammes par la culture populaire et la subséquente démocratisation, ont multiplié les significations du terme, faisant des références subtiles –ou non– à ces deux aspects présentes dans la conscience générale. Ainsi, nous avons utilisé le terme pour designer des dispositifs qui ont apparu à nos yeux, comme ayant les mêmes qualités que les hologrammes, même s’ils n’appartiennent pas au domaine de l’holographie strictement parlant. Peut-être il s’agirait de redéfinir le terme et d’inclure ces acceptions en répondant ainsi à l’usage répandu du mot.


Notes de base de page

 

[1] LEITH, Emmet, “Holography”, dans The Optical Encyclopedia, vol. 2, Weinheim, Wiley-VCH, 2004, p. 773.

[2] OUTWATER, Christopher, VAN HAMERSVELD, Eric, Holographie : guide théorique et pratique de la photographie en trois dimensions, Montréal, L’Etincelle, 1977, p. [93].

[3] “Photo Shows Work of New Optic System: Viewers Call Exhibit Startling, Fantastic,” Chicago Tribune, 27 October 1965. Cité dans JOHNSTON, Sean F., « Holograms : the Story of a Word and its Cultural Uses », Leonardo, vol. 50, n° 5, 2017, p. 494. Traduction faite par les soins de l’auteur.

[4] JOHNSTON, Sean F., « Holograms : the Story of a Word and its Cultural Uses », Leonardo, vol. 50, n° 5, 2017, p. 4. [en ligne] URL : http://eprints.gla.ac.uk/102086/


Bibliographie

 

JOHNSTON, Sean F., Holograms : A Cultural Story, Oxford, Oxford University Press, 2016.

JOHNSTON, Sean F., « Holograms : the Story of a Word and its Cultural Uses », Leonardo, vol. 50, n° 5, 2017. [en ligne] URL : http://eprints.gla.ac.uk/102086/

LEITH, Emmet, “Holography”, dans The Optical Encyclopedia, vol. 2, Weinheim, Wiley-VCH, 2004.

OUTWATER, Christopher, VAN HAMERSVELD, Eric, Holographie : guide théorique et pratique de la photographie en trois dimensions, Montréal, L’Etincelle, 1977.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.