C’est quoi un hologramme ?


    J’ai abordé la question des usages du terme « hologramme » dans un article précèdent qui expliquait la richesse de définitions que la culture populaire a attribué à l’holographie. Si nous avons expliqué que la projection de Mélénchon, celle de la princesse Leia ou encore le concert de Tupac ne sont pas des hologrammes, il faut maintenant dire qu’est-ce que c’est un hologramme ? Pour cela il faut comprendre la façon dont il est réalisé.

Procédé holographique

 

L’hologramme est le résultat de l’application du procédé holographique qui utilise les propriétés de la lumière cohérente et implique l’enregistrement du champ d’onde dans sa totalité : amplitude et phase. L’hologramme, historiquement attaché à la photographie, diffère de celle-ci du fait que le processus photographique n’enregistre que l’amplitude ou l’irradiation du champ. Cela suppose que les relations de parallaxe [1] du regard quotidien sont perdues, quant au contraire, l’hologramme les maintient.

Ainsi, il est un support bidimensionnel (traditionnellement film ou verre) qui contient une image enregistrée obtenue à partir de l’interférence de deux faisceaux provenant d’un même rayon laser : le « faisceau de référence » qui est donc dirigé à la plaque et le « faisceau objet » qui est dirigé à l’objet qui le diffuse à son tour sur la plaque. L’interférence est captée sur une émulsion photosensible et porte des informations sur la forme de l’objet et son emplacement dans l’espace.

Diagramme explicatif du processus de réalisation d’un hologramme

 

Une des caractéristiques les plus étonnantes de l’hologramme est sa complétude[2] : « tout point de la plaque photosensible contient l’information de tous les points de l’objet ».[3] C’est-à-dire, au moment de briser un hologramme en deux, il est possible de voir la totalité de l’objet dans chacun des morceaux, de la même façon qu’avec un miroir.

Il existe une grande variété typologique d’hologrammes selon des variations effectuées dans le procédé de réalisation qui ont une incidence dans le type d’image, les besoins matériels pour sa visualisation, sa forme, etc.

Imaginaire holographique

 

Outre la question technique et la définition scientifique de l’hologramme, ses capacités ont permis la création d’un riche imaginaire auquel nous pouvons relier quelques idées :

Fantasmagorique

Homuncule

Aérien

Réalisme

Transparente

Intangible

Éphémère

 


Notes de bas de page

 

[1] Voir Glossaire pour la définition.

[2] Terme donné par l’auteur, il ne s’agit dans aucun moment d’un terme scientifique.

[3] CHRISTAKIS, Anne-Marie, La magie du laser : l’holographie, image du futur, Paris, Musée de l’Holographie, 1982, n.p.


Bibliographie

 

CHRISTAKIS, Anne-Marie, La magie du laser : l’holographie, image du futur, Paris, Musée de l’Holographie, 1982.

Fiat Lux! : holografía, cat. expo., Oviedo, Caja de Ahorros de Asturias (s.d.), Oviedo, Caja de Ahorros de Asturias, 1991.

LEITH, Emmet N., « Holography » dans BROWN, Thomas (ed.), The Optics Encyclopedia: Basic Foundations and Practical Applications II, Weinheim, WILEY-VCH GmbH & Co. KGaA, 2004, p. 773-800.

OUTWATER, Christopher, VAN HAMERSVELD, Eric, Holographie : guide théorique et pratique de la photographie en trois dimensions, Montréal, L’Etincelle, 1977.

SAXBY, Graham, ZACHAROVAS, Stanislovas, Practical holography, New York, CRC Press, 2016 (19881).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.