Alpha ou L’homme libre, 1987-1988


Illustration de l'oeuvre faite de l'artiste. CCB.

   

Josette Rispal, Alpha ou l’homme libre, 1987-1988, bronze, hologramme de réflexion, 2,50 m., Collection de l’artiste.

Expériences

 

     Alpha ou l’homme libre a été exposée pour la première fois en 1987 à Londres dans la Galerie Wilma Wayne pour ensuite faire partie de l’exposition rétrospective organisée par Susse Fondeur à l’Orangerie de Bagatelle « Susse fondeur et les maîtres du bronze, 150 ans au service de la sculpture » avec une collection de d’œuvres de 49 autres artistes qui ont exploré les possibilités de la création en trois dimensions.

Pourtant, si dans cette exposition l’accent était mis sur la valeur matérielle tridimensionnelle de l’œuvre : un bronze de 2 mètres 20 de hauteur, l’immatérialité de l’hologramme placé au centre du tronc d’un homme qui paraît s’avancer hésitant, est renforcé par sa présence au Musée de l’holographie de Paris à partir de 1988.   L’œuvre, à l’image de la pérennité de son principale matériel, le bronze, restera plusieurs années dans les murs du musée pour ensuite faire quelques incursions dans des divers espaces français jusqu’en 1998 quand elle prendra sa place dans la maison de l’artiste.

Si d’autres œuvres de l’artiste incluront des hologrammes, Alpha est sa plus grande incursion dans un médium qui présente des grandes contraintes techniques.

Oppositions

 

Le communiqué de presse à l’occasion de la présentation de l’œuvre à Bagatelle énonçait les points de tension exploités dans l’œuvre :

« Cette sculpture est le lin organique entre le passé et le futur.           Quoique un passé vivant, le bronze est le métal incontournable.                                                                                             C’est une recherche du Message Humain.                                        L’Hologramme est dématérialisation de l’image et conquête de la troisième dimension.                                                                                        Aragon disait que la femme c’est l’avenir de l’homme.                                                                                                             C’est une recherche où l’homme est au carrefour de lui-même. Symbiose des codes sexuels (anima-animus). »

En effet, ce n’est pas uniquement l’amalgame du métal et de ce qu’il reflète (la lumière), ni la conjonction du passé et du futur, ni la fusion de deux essences, l’une matérielle et l’autre éthérée, mais aussi l’intention de créer un nouvel être tout à la fois masculin et féminin. L’hologramme montre un portrait de l’artiste qui voit non uniquement sa main s’imprégner dans le métal, mais aussi son essence capturée par la lumière. [1]

L’observateur qui s’approche, qui marche vers la sculpture perçoit uniquement une entité qui pourtant se dédoublera au moment de se fixer face à elle. Alpha devient « doublement être » avec deux pairs des yeux qui confrontent le spectateur. Ce dernier, attiré par cette femme aux yeux pénétrants, perd conscience de l’évidence du matériel pour se soustraire dans une nouvelle dimension de matérialité, cette fois-ci, éphémère.


Notes de bas de page

[1] Le portrait a été réalisé dans le laboratoire du Musée de l’holographie avec le soutien de Mme Anne-Marie Christakis, directrice du musée.


Bibliographie

RISPAL, Josette, ZAFMAN, Deborah, BERST, Christina, Josette Rispal, Paris, Skira-Flammarion, 2010.

CADET, Pierre, Susse Frères : 150 years of sculpture, Paris, Susse Frères, 1992

 

*Nous remercions Mme A.-M. Christakis de nous avoir présenté à l’artiste et à Mme J. Rispal de nous avoir reçu dans son atelier pour nous faire découvrir son travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.