Rêve et holographie


        La thématique du Festival d’Histoire de l’art de Fontainebleau  de cette année, le Rêve, a fait surgir un nombre de considérations autour de la question de l’immatérialité et  de la dimension spectrale des formes fugaces produites par l’holographie.

Un phasme [1], figure de rêve, tout comme un hologramme, est à la fois ressemblance et dissemblance, figure et défiguration, forme et informe. 

Le rêve au prisme de l’holographie

 

      Est-il possible de comprendre les hologrammes en tant que rêves ? Illusoires, précaires, les hologrammes relèvent du domaine de l’insaisissable où l’image est témoignage de l’immatériel dans le visible (la lumière étant le matériau de l’œuvre) et où « la réalité devient l’ombre de ce qui la répète en images » [2]. Si Dalí exprima un intérêt pour l’holographie par ses capacités hyperréalistes, sa nature est plutôt assimilable à celle de l’apparition : une image défigurée par le psychédélisme de ses couleurs et condensée par le processus holographique mêmeen reprenant les principes du Traumdeutung de Freud.[3]

La théorie freudienne de l’interprétation du rêve permet justement d’aborder un médium qui même si compris comme « photographique », il échappe aux analyses plastiques que lui ont été appliqués. L’hologramme au même temps rêve fugitif et mémoire artificielle enregistre, dissimule et découvre des réalités superposables chevauchant de couches d’informations qui contribuent au déplacement de significations des images entassées. 

Pourtant, il est aussi un seuil : tantôt une fenêtre ouvrant à une autre dimension qui expose des images « virtuelles » [4] situées dans un espace diffèrent à celui du rêveur ; tantôt une ouverture qui rend possible l’émergence des formes « réelles » et son introduction dans l’espace que nous occupons permet une coexistence de temps divergents qui évoluent simultanément. Le phénomène de parallaxe [5] du médium prolonge les capacités d’appréhension du support bidimensionnel et des images fugitives introduisant le mouvement et le temps dans le processus d’observation de l’œuvre, là quand le rêve fait coexister des dimensions discordantes.  


Notes de base de page

 

[1] Phasma (grec)forme, apparition, vision, fantôme.

[2] « Ombre de l’ombre », dans Les Immatériaux, cat. expo., Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (28 mars – 15 juillet 1985), Paris, Centre Georges Pompidou, 1985, s.p.

[3] Freud explicite, parmi d’autres principes, deux phénomènes dans le travail du rêve : la condensation et le déplacement.

[4] Les hologrammes peuvent se diviser en deux grandes catégories à partir du type d’image qu’ils montrent. D’abord les images réelles « émergent » du support, tandis que les images virtuelles sont perçues comme étant à « l’intérieur d’une boite » ou plus précisément, derrière un vitre ». Voir le Glossaire.

[5] Le phénomène de parallaxe est la possibilité d’avoir une vue différente de l’objet holographié grâce au changement de position du spectateur. Voir le Glossaire.


Bibliographie

 

DIDI-HUBERMAN, Georges, Phasmes. Essais sur l’apparition, Paris, Les Éditions de Minuit, 1998.

FREUD, Sigmund, L’interprétation du rêve, traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Seuil, 2010.

« Ombre de l’ombre », dans Les Immatériaux, cat. expo., Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (28 mars – 15 juillet 1985), Paris, Centre Georges Pompidou, 1985, s.p.

SAXBY, Graham, Holograms : how to make them and display them, London / New York, Focal Press, 1980.


Liens utiles

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.