Dieter Jung


Né en 1941 à Bad Wildungen, Allemagne

Vit et travaille à Berlin, Allemagne

    Artiste holographique, proche du cercle de l’art lumino-cinétique, Dieter Jung a conjoint, dans de sa vie et sa carrière, la pédagogique et la création. Son profil, éclectique, lui a amené dans sa jeunesse dans le domaine de la théologie qu’il a étudié à Berlin, pour ensuite se tourner vers les arts. Après un court passage par Paris où il a été boursier à l’École des Beaux-Arts, il a quitté la ville des lumières non sans avant rencontrer Alberto Giacometti. Le voyage est un élément substantiel de son existence faisant des allers-retours entre l’Europe et l’Outre-Atlantique, l’Amérique latine et les États-Unis où il a établi un contact assidu avec les études holographiques à New York. Autrement dit, il est un artiste qui a pris les moyens tout à la fois d’être européen et voyageur.

Son œuvre comme le dit Blaise Gautier en 1981 a un « sens de l’écriture, une certaine réflexion philosophique sur à la fois, la structure et la composition »[1]. D. Jung « parvient à appliquer dans les entrecroisements une véritable structure génétique de la composition de l’image.» [2]

C’est cette année, 1981, que Jung expose à Paris au Musée de l’Holographie et au Centre Georges Pompidou. Lors de la conférence organisée par la Revue Parlée, D. Jung explique la façon dont on est arrivé à cette image tridimensionnelle, à cette « écriture structurelle »[3], en l’insérant dans une histoire de la représentation qui inclut le miroir (entre sapienza, vanité, magie), la coupole de Brunelleschi, la perspective centrale, le trompe l’œil, les boites de perspective, l’anamorphose, la chambre obscure, la photographie, le système anaglyphe, la stéréoscopie… Nous pourrions dire que :

« Dieter Jung étudie des éléments physiques les plus divers et aussi tous les aspects liés au comportement visuel ou sensations visuelles de provenance ou d’origines différentes, structures et métamorphoses structurelles. »[4]

En effet, les recherches de D. Jung lui ont amenées dans les domaines des beaux-arts avec une production sur support plat (toile et dessin), du cinéma, de la vidéo et des installations visuelles.

« A travers ses premiers hologrammes conçus pour ‘flotter’ dans l’air, puis l’intégration d’images déjà exploitées, déjà vues, probablement utilisées par peur d’un éventuel échec, puis le recours à l’ordinateur qui génère intégralement l’image de l’hologramme, y compris celles de taille gigantesque, on arrive finalement à la phase de recherche sur l’environnement holographique, le travail sur l’image spatiale. » [5]  


Notes de bas de page

 

[1] Blaise Gautier lors de la conférence organisée par la Revue parlée dans le cadre de l’exposition de D. Jung, « Écriture holographie » au Centre Georges Pompidou. 22 Juin 1981.

[2] GLIBOTA, Ante, Dieter Jung : Hologrammes, peintures, dessins, cat. expo., Paris, Paris Art Center (1989), Paris, Paris Arts Center, 1989, p. 10.

[3] D. Jung dans le cadre de la conférence.

[4] GLIBOTA, Ante, Dieter Jung […], op. cit., p. 9.

[5] Idem., p. 12.

Lien utiles

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.