Sur mon choix de sujet de mémoire


Figueres, Dalí et l’holographie

 

Il y a plus de dix ans, j’ai fait un voyage à Barcelone avec un ami mexicain. C’était la première fois que je visitait la ville de Gaudí, et même si j’ai des origines espagnoles, je ne savais pas vraiment quels étaient les « indispensables » : j’étais une touriste novice. J’ai toujours aimé les arts, mais à cette époque je ne savais pas que mon avenir serait intimement lié à eux. En tout cas, lors de mon séjour je me suis laissé aller et mon ami –qui habitait la ville depuis quelques mois– a fait office de chef d’orchestre. Un jour il m’a prévenu que le lendemain on devait se réveiller tôt car on prendrait le train au matin. On passerait le jour à Figueres, capitale de la comarque de l’Alt Empordà dans la province de Gérone.

De ce que j’ai vu dans la ville catalane, je me rappelle peu. Pourtant, si je ne peux pas décrire l’architecture des édifices, je n’oublie pas le Théâtre-Musée Dalí. Dans cette maison qui semblait sortie d’un monde parallèle, entre tableaux et sculptures surréalistes –dans toute l’extension du mot–, j’ai vu mon premier hologramme « artistique ». Cet espèce de gadget technologique se présentait comme œuvre d’art et assumait ainsi sa valeur entièrement esthétique.

Holos! Holos! Velázquez! Gabor! rend hommage à la fgure du peintre espagnol du XVIIe siècle.
Diego Velázquez, Las Meninas, 1656, huile sur toile, 318 x 276 cm, Musée du Prado, Madrid
Creative Commons License

C’était Holos! Holos! Velázquez! Gabor!* de Dalí, réalisé par l’artiste à l’aide de Dennis Gabor, inventeur de l’holographie et Prix Nobel, en 1972 et qui montre un collage tridimensionnel inspiré des Meninas (1656) de Velázquez. Si j’étais déjà submergée dans un univers dalinien de rêve, cette œuvre a pourtant marqué mes esprits plus que le reste.  Du voyage, c’est probablement le seul souvenir que je garde et qui revient à moi limpidement.

Ainsi, dix ans plus tard, loin des terres catalanes, je devais choisir un sujet pour entamer un projet de recherche  et rédiger mon mémoire de Master en Histoire de l’art. J’ai toujours été très attachée à la sculpture et si dans un premier moment je voulais me consacrer à l’abstraction dans la sculpture latino-americaine contemporaine, le souvenir de cette « sculpture de lumière » m’est apparue soudainement. La question de la lumière, de l’intangibilité –et de la paradoxe qui se présente avec les hologrammes où l’on peut pratiquement « toucher avec les yeux »–, des duo  présence/absence, science/art, illusion/réalité, m’intriguaient. L’opportunité d’exploiter cette curiosité et d’en faire un véritable chantier d’investigation m’a convaincu.

Pourtant, à ce stade je n’avais qu’une grande curiosité pour Dalí, pour les hologrammes et la troisième dimension. Je devais cerner le champ de travail et me focaliser sur un aspect précis –innovant, de préférence–, et surtout, faisable. Mais honnêtement : je ne savais rien sur l’holographie. Par le biais de Salvador Dalí j’allais donc commencer à découvrir un monde qui se montrerait plus vaste de ce que j’ai pu imaginer.


Notes

 

* La question du droit d’auteur des images d’œuvres d’art contemporain, rend difficile –souvent impossible– la publication de photographies des œuvres holographiques.


Lien utiles

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.